La surveillance du milieu environnant par les lichens

En complément des contrôles de la qualité de l’air, un suivi de long terme est réalisé, en utilisant une technique de bio surveillance : la lichenologie.
Cette technique consiste à tester et à surveiller les teneurs des lichens en substances polluantes présentes dans l’environnement. Du fait de leur longévité et des particularités de leur développement (ils se développent et se nourrissent uniquement grâce aux éléments contenus dans l’air), les lichens constituent d’excellents bio-indicateurs.
Ils sont sensibles, précis et réagissent rapidement à une modification du milieu ; ils offrent la possibilité d’évaluer les impacts de la qualité de l’air sur de longues périodes.

Chaque année, un bureau d’études spécialisé réalise des campagnes de prélèvements et de mesures, sur cinq stations situées dans un rayon compris entre 1,4 et 5,7 km autour du site de Sénerval en France mais aussi en Allemagne. Ces stations ont été déterminées selon une étude de dispersion, comprenant notamment la modélisation des retombées du panache de l’usine.
Les analyses effectuées portent sur la recherche de paramètres représentatifs de l’activité du site tels que les dioxines/furanes et de métaux lourds.
Les résultats confirment depuis plusieurs années l’absence d’impact lié aux activités de Sénerval.

Malgré l’arrêt des activités de traitement des déchets par incinération, le programme de surveillance des retombées atmosphériques a été maintenu, afin de disposer de données de référence sur la qualité de l’air ambiant en l’absence de tout rejet lié à l’activité de l’usine.

Réalisé par le Cabinet Biomonitor, il a montré la stabilité des résultats par rapport aux années précédentes, confortant les conclusions émises lors des précédents suivis : l’absence d’influence des activités de Sénerval sur son milieu environnant.

En savoir plus : Suivi des rejets atmosphériques